Retour

Simon Brugner / The Arsenic Eaters

38,86 €

Publié par Eriskay Connection, The Arsenic Eaters de Simon Brugner revient sur une pratique répandue chez les classes populaires au début du XXe siècle : l’ingestion d’arsenic à des fins dopantes.

Plus de détails

Plus de détails

4 Articles

- +

 
EditeurThe Eriskay Connection
Date de publicationJuin 2018
Format20.5 x 30
Nombre de pages144
Nombre d'exemplaires1250
Langue(s)English
ISBN978-94-92051-35-6

La première partie du livre suit les traces de ces « mangeurs de poison », en essayant d’établir un lien entre le passé et le présent. La seconde partie est majoritairement basée sur des documents médicaux du XIX siècle et du début du XXe. Ce livre propose ainsi autant de photographies contemporaines que de documents d’archives. The Arsenic Eaters enquête sur la croyance répandue selon laquelle la consommation d’arsenic, connu pour être un poison mortel, est bénéfique pour la santé de ceux qui en ingère. Les consommateurs d’arsenic étaient des personnes plutôt robustes et issues de milieu sociaux peu aisés ; bûcherons, charbonniers, hommes d’étables, forestiers… Ils prêtaient à l’arsenic des vertus énergisantes, prétendant qu’il permettait de résister à la fatigue et endurcissait le corps. 

Published by Eriskay Connection, 'The Arsenic Eaters' by Simon Brugner investigates a widely spread habit among the working class in the early XXth century: ingesting arsenic for boosting purposes. The first part of the book follows the traces of those “poison eaters”, trying to establish a link between past and present. The second part is mainly based on medical files from the XIXth and early XXth century. This book displays contemporary photographs as much as archives files. The Arsenic Eaters is about the widely spread belief according to which arsenic consumption, known to be a lethal poison, was beneficial to one’s health. Arsenic consumers were quite tough and robust people, from hard working class; wood cutters, charcoal burners, stablemen, foresters… They thought arsenic had energizing virtues, pretending it would allow them to resist fatigue and would strengthen their bodies. 

30 autres livres pourraient vous intéresser :