Retour

Acre / Pino Musi

34,12 €

Épuisé

Acre, travail photographique de Pino Musi, est le fruit d'une résidence d'artistes au centre d'art et de recherche GwinZegal à Guingamp. Le travail de Musi a porté sur la relation entre l'architecture minimale et la morphologie de la région de Côtes-d'Armor.

Plus de détails

Plus de détails

Ce livre n'est plus disponible

 
EditeurGwinZegal
Date de publication2017
Format24 cm x 32.5 cm
Nombre de pages112
SpécificationsCouverture souple, reliure suisse
Langue(s)Français
ISBN979-10-94060-16-2

En Français, acre est une unité de mesure de superficie, mais ici, âcre signifie également caractère amère de l'arrière-pays de Bretagne - une partie du pays loin de l'image touristique conventionnelle - telle qu'elle est devenue ces dernières années. Un territoire donc beaucoup moins connu, où la luxure illusoire de la nature et de la beauté du paysage cache un emploi inconsidéré des pesticides dans les campagnes et une présence massive d'élevage intensif.

"...La campagne d’exploration, menée sur une vaste étendue du centre de la Bretagne sillonnée en voiture, a vite révélé une certaine équivalence entre la typologie du bâti des fermes traditionnelles et celle des constructions sans âme de lotissements périurbains. L’étude de Pino Musi s’est dès lors élargie à d’autres objets architecturaux afin de souligner la connexion existant entre les corps composites du monde rural actuel. Le livre, qui constitue la destination favorite de l’auteur pour ses travaux, sied parfaitement à cette démonstration. Au fil de la séquence, une soixantaine de photographies restitue ainsi un itinéraire à la manière d’un long travelling. Ce parcours débute par des abris de fortune bordant les routes, auxquels succèdent hangars et exploitations agricoles, il passe ensuite auprès d’imposants bâtiments de l’industrie agroalimentaire, s’attarde dans des bourgs en voie de désertification, avant de s’achever dans les zones pavillonnaires liées au phénomène de rurbanisation..."
"...La question du point de vue s’avère aussi déterminante, tant il faut à l’opérateur choisir la bonne distance pour définir clairement les relations spatiales entre les différents éléments. Car c’est bien à un jeu d’ordre formel que se consacre Pino Musi, lui qui a été nourri par l’esthétique minimaliste et qui se montre désireux de trouver dans le réel l’équivalent des formes plastiques de l’abstraction géométrique. Un certain nombre de ses images insistent sur l’enchevêtrement des constructions successives, tandis que d’autres isolent jusqu’à la monumentalité des vues frontales qui barrent l’horizon du paysage. Cette recherche sur les effets de planéité peut, à bon droit, le rattacher à la généalogie d’illustres photographes qu’Éric de Chassey a retracée autour de la notion de platitude. Alors que son enregistrement neutre et équilibré de façades aveugles évoque immanquablement le souvenir d’un Walker Evans, c’est l’ascendance de l’œuvre de Lewis Baltz qui semble davantage encore façonner sa démarche..."

Alexandre Quoi 

30 autres livres pourraient vous intéresser :