Retour

Ravens / Masahisa Fukase

85,31 €

Dans l’essai qui accompagne cette réédition de Ravens de Masahisa Fukase par Mack, Akira Hasegawa écrit : « Le monde que capture Fukase est une forme d’enfer. Et l’art de créer une œuvre d’art à partir de l’enfer n’appartient qu’à Fukase ».

Plus de détails

Plus de détails

1 Article

Dernier exemplaire en stock !

- +

 
EditeurMack Books
Date de publication2017
Format26.3 cm x 26.3 cm
Nombre de pages148
SpécificationsCoffret en carton Couverture rigide 20 illustrations en couleur et en noir et blanc inédites
Langue(s)Anglais et japonais
ISBN 978-1-910164-83-9

Nous redécouvrons ici le plus célèbre ouvrage du photographe japonais, originellement publié en 1986, et réédité à deux reprises depuis, bien que tiré en petit nombre et systématiquement immédiatement épuisé. Et, en effet, les images de Fukase évoquent inévitablement un imaginaire d’une noirceur frappante, dont le principal objet est le corbeau. Présage de mauvais augure, il apparaît de manière obsessionnelle au fil des pages, mélancolique et anxiogène. Pour Fukase, selon Akira Hasegawa, il est à la fois une créature tangible et le symbole de sa propre solitude.

En effet, la série de Ravens trouve son origine en 1976, alors que Fukase tente de fuir les difficultés qu’il rencontre dans sa vie – il est alors alcoolique et sur le point de se séparer de sa femme, Yohko – en se rendant sur son île natale, Hokkaido. Ravens naît donc d’une sorte de lamentation personnelle, qui trouve son exutoire dans la capture compulsive de cet inquiétant oiseau – au point que Fukase lui-même, qui admet que tous les sujets de ses photographies ne sont en réalité qu’un reflet de sa propre personne, s’imagine en corbeau volant dans le ciel noir.

Avant Ravens, Fukase publie en 1971 Homo Ludence, où il retrace son itinéraire autobiographique à travers six chapitres ; puis Yokho en 1978, dont le principal sujet est sa femme, mais où il se photographie, en réalité, déjà lui-même. Après Ravens, pendant les quelques mois qui précédèrent son accident à la suite duquel il sombra dans le coma pendant vingt années, Fukase s’adonne cette fois-ci à l’autoportrait assumé, mais toujours avec cette intensité et cette compulsion qui traversent son travail. Ainsi, Ravens constitue un sommet dans la signification de l’œuvre du Fukase, mais il marque aussi un moment critique pour le photographe qui semble toucher ici, comme le remarque Akira Hasegawa, le point le plus profond de l’abîme.

Mack nous offre ainsi, avec cette publication du fac-similé de la première édition de Ravens, l’occasion de redécouvrir l’un des livres photographiques les plus importants du XXème siècle.

30 autres livres pourraient vous intéresser :