Retour

Empire / Samuel Gratacap

Les éditions du BAL

23,70 €

A book to accompany the exhibition will be co-published by LE BAL and Filigranes Editions, designed by Pierre Hourquet and the artist in collaboration with Guillaume Gratacap. The book received support from Hugues Aubry.

Plus de détails

Plus de détails

13 Articles

- +

 
EditeurFiligranes, LE BAL
Date de publication2015
Format29 x 18,5 cm
Nombre de pages124
SpécificationsCouverture rigide
Langue(s)Français, Anglais
ISBN978-2-35046-372-8

A book to accompany the exhibition will be co-published by LE BAL and Filigranes Editions, designed by Pierre Hourquet and the artist in collaboration with Guillaume Gratacap. The book received support from Hugues Aubry.

In Tunisia, 5 km away from Libya’s frontier, Choucha camp became a transit area for several hundred thousand Sub-Saharan refugees escaping Libyan civil war. Since 2011 when first appeared the camp in the Tunisian desert, I followed refugees in their everyday life. My photographs and video works reflect the space-time specificities of this living place shaped by wait. Wait due to the different stages of asylum applications for refugees, combined with the tension of those suspended destinies in a same temporary site that became perennial by circumstances, to finally disappear

-Samuel Gratacap (born in 1982).

*

L’exposition de Samuel Gratacap, Empire, présentée au Bal en septembre 2015, est accompagnée d’un livre co-édité par LE BAL et Filigranes Éditions.

« Situé en Tunisie à 5 km du poste de frontière avec la Libye, le camp de Choucha est devenu un lieu de transit pour plusieurs centaines de milliers de réfugiés d’origine subsaharienne qui ont dû fuir la guerre en Libye. Depuis 2011, date d’apparition du camp dans le désert tunisien, j’ai suivi le quotidien des réfugiés. Mon travail photographique et vidéo rend compte de l’espace-temps particulier de ce lieu de vie marqué par l’attente. L’attente liée aux différentes étapes des demandes d’asile déposées par les réfugiés qui se mêle à la tension de ces destins suspendus dans un lieu temporaire, devenu pérenne par la force des choses, pour finalement disparaître. En juillet 2013, les organisations humanitaires décident de la fermeture officielle du camp et quittent Choucha. Les réfugiés de Choucha, hommes, femmes et enfants, vivaient la double-peine, celle de l'enfermement à ciel ouvert suite à la fuite du conflit libyen et puis celle d'être laissés là trois années après l'ouverture du camp, laissés là sans rien, sans eau, sans nourriture, sans assistance médicale : trois cent personnes. » 


Samuel Gratacap

 Textes : Samuel Gratacap en collaboration avec Léa Bismuth

Témoignages de Bright, Fadoma, Khadija, S.D., Favor, Zahra, Omar et Karim Traoré
(réfugiés à Choucha)

30 autres livres pourraient vous intéresser :