Retour

Sisyphe / Dirk Braeckman

Les éditions du BAL

33,18 €

Sisyphus book gathers for the first time in it's full frame pages, the eponymous serie of dirk braeckmans work in a 32 pages edition. 

Plus de détails

Plus de détails

39 Articles

- +

 
EditeurXavier Barral, LE BAL
Date de publication2014
Format23,2 x 30 cm
Nombre de pages64
SpécificationsCouverture rigide
Langue(s)Français
ISBN978-2-36511- 0686

SISYPHUS BOOK GATHERS FOR THE FIRST TIME IN IT'S FULL FRAME PAGES, THE EPONYMOUS SERIE OF DIRK BRAECKMANS WORK IN A 32 PAGES EDITION. 

The series reveal a blurred scene, where fragments of bodies, legs, arms, backs and faces come closer to one another, merge behind this grey tones without any specific purpose. The serie  made from anonymous gestures brings to the surface of images the delight of a mixtures of bodies, vignettes of gatherings with no particular story.

"Above is the light, the elements, a kind of light, sufficient to see by, the living find their ways, without too much trouble, avoid one another, unite, avoid the obstacles, without too much trouble, seek with their eyes, close their eyes, halting, without halting, among the elements, the living. Unless it has changed, unless it has ceased. The things too must still be there, a little more worn, a little even less, many still standing where they stood in the days of their indifference. »

Samuel Beckett, II, Texts for Nothing and Other Shorter Prose, 1950-1976

*

Sisyphe présente pour la première fois dans son intégralité la série éponyme qui se déploie en 32 images. Elle révèle autant de fragments d'une scène soudainement devenue opaque où n'affleure plus en surface qu'un enchevêtrement énigmatique de cuisses, dos, nuques, seins et cheveux. Des gestes anonymes sans histoire. Une volupté de corps mêlés, sans regard. 

« Là-haut, c'est la lumière, ce sont les éléments, une sorte de lumière, suffisante pour y voir, les vivants se dirigent, sans trop de mal, s'évitent, s'unissent, évitent les obstacles, sans trop de mal, cherchent des yeux, ferment les yeux, arrêtés, sans s'arrêter, au milieu des éléments, les vivants. A moins que ça n'ait changé, à moins que ça n'ait cessé. Les choses aussi doivent y être encore, un peu plus usées, un peu amoindries encore, beaucoup à la même place que du temps de leur indifférence. »

Samuel Beckett, II, Texts for Nothing and Other Shorter Prose, 1950-1976

30 autres livres pourraient vous intéresser :